MAMÉE EST PARTIE, MA CHÉRIE.

Comment trouver les mots justes.
Comment trouver le juste milieu entre  » Mamée Isa est partie rejoindre les anges dans le ciel » et « Mamée Isa dort pour toujours dans une boîte en bois sous la terre » ?

En signe de désarroi total, j’ai d’abord tenté les fameux « forums de mamans ». (Oui, la plupart des enfants n’ont pas de papa).
Erreur.
Chacune y va de son expérience personnelle larmoyante sans que deux témoignages soient concordants.
L’idiote que je suis attendait certainement une réponse toute faite. Bécasse.
J’ai ensuite tenté des lectures plus « sérieuses » de pédopsychiatres en tous genres, parcourues en diagonale, j’avoue, parce que mes yeux se remplissent de larmes un peu trop facilement. Là aussi j’ai vite abandonné en arrivant toutefois aux conclusions suivantes:
1/ ces gens n’ont certainement pas d’enfants.
2/ ils n’ont pas saisi que chaque réponse du parent induit forcément une nouvelle question de l’enfant.
Voilà donc trois jours qu’en plus de gérer ma tristesse, je dois faire de la com´. Voilà donc trois jours que je me dépatouille dans des larmes et des mots, des sanglots et des explications foireuses qui me poussent systématiquement à changer de conversation, très souvent avec l’aide bienveillante de Monsieur K.
 » – Tu sais ma chérie, Mamée était très malade et donc on ne la reverra jamais. Elle va faire dodo pour toujours ». (C’est que j’ai trouvé de mieux pour l’instant).
 » – Oui maman, mais elle est dans sa maison quand même? Et qui c’est qui lui a fait bobo?
– Hum… Mamée n’avait pas de bobo, chérie, mais elle était très très vieille.
– Mais c’est quelqu’un qui lui a cassé la jambe?
– Mais non chérie! Et sinon tu voudrais manger quoi ce soir? »

Voilà où j’en suis.

Et la conversation revient toujours très vite sur le tapis, incapable que je suis d’étouffer ma douleur que ma toute petite respire, voudrait comprendre et soigner à coup de câlins et de bisous.

 » – Tu es encore triste maman? C’est à cause de Mamée?
– Oui, ma puce, mais c’est la vie ma chérie.
– Ça va passer maman, tu vas voir, ça va passer. »

Oui, ma belle, si tu le dis, ça va passer.
Heureusement, du haut de tes deux ans et demi, c’est toi qui as tout compris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s