IMPOSTURE


Imposture-UNE-642x340

Maintenant qu’on se connaît un peu, je dois vous faire une confidence.

Attention, je prends un air mélo-dramatique.

Alors voilà : J’ai emprunté (et poursuivi) la voie de l’architecture par défaut.

Oui, vous avez bien lu : PAR DE-FAUT.

Car non, je ne faisais pas partie de ces enfants qui gribouillent des maisons à tout bout de champ ou qui passent leur temps à empiler tout un tas de trucs en tours improbables.

Mon truc à moi, c’était le chant. Ma voix.

Ça peut paraitre surréaliste, mais mon adolescence s’est organisée autour de la musique classique. De Purcell à Berio, en passant par Pergolèse, j’ai eu la chance d’enchaîner les concerts avec de grands orchestres et chefs, un peu partout en d’Europe. ( Ouais, je sais, je me la pète!)
J’ai surtout découvert le monde ébouriffant de l’opéra avec ses coulisses, son stress, ses répétitions interminables. Et surtout – DAMNED – cette sensation grisante et inégalable qui accompagne chaque entrée sur scène, seule ou en choeur.

Mon avenir semblait tout tracé. Sans parler d’une carrière à la Nathalie Dessay ou à la Mady Mesplé (mon idole absolue), je me voyais bien faire partie d’un petit ensemble de musique de chambre et donner quelques cours de technique vocale.

Mais parfois la vie est une vraie pute, et quelques mois avant de passer mon bac (L avec option musique, bien sûr) on m’a littéralement enlevé ma voix, et ma voie.

Il parait que j’aurais du prévenir l’anesthésiste. Lui dire que mes cordes vocales, c’étaient mon instrument, un outil de travail quotidien. Que s’il l’avait su, il aurait retiré plus délicatement le tube en plastique qui m’aidait à respirer.

Ah ouais? Et bah moi, si j’avais su, j’aurais pas venu!

Parce que maintenant, je fais quoi avec mon instrument brisé?
Quelle conne tu fais ma fille… Si seulement t’avais choisi de jouer du violon. Tu retournes au magasin et t’en achètes un neuf. Point barre. Des cordes vocales, ça se trouve pas d’occasion sur le Bon coin…

C’est mon pote Pierre (récemment publié dans les Ajap, oui, j’me la pète encore!) qui m’a dit que l’école d’archi c’était plutôt cool, que ça pourrait me convenir : « Mais non, t’as pas besoin de savoir dessiner… t’es nulle en math, et alors? »

Très bien. J’ai rien à perdre. Je tente. Pour entrer, il faut juste préparer un dossier présentant mes centres d’intérêt. Et là, truc de fou, en blablatant musique sacrée ou profane et festivals en tout genre, je suis admise!

Me voilà avec un Rotring dans la main, surprise comme une poule avec un couteau et imaginant que le module de RDM signifie Roulage Des Mécaniques et vise à travailler nos égos de futurs architectes.
Quelques mois après la rentrée, j’ai pris la liberté de demander à un prof s’il n’y avait pas eu erreur de casting: « T’es musicienne? Alors tu sais écouter les autres, non? Et puis t’as fait tout un tas de concerts dans des lieux incroyables, on a trouvé ça follement poétique! »

Hum…

Si je vous raconte tout ça, c’est parce qu’il y a quelques mois, un twittos m’a fait découvrir le questionnaire d’entrée sacrément musclé de l’École d’Architecture de Marseille pour l’année 2013-2014, repris quelques jours après par le blog L’abeille et l’Architecte ici. Je me suis soudainement questionné sur ma légitimité dans ce domaine, car soyons clairs : si à l’époque j’avais du passer un tel test, je ne serais pas là pour vous parler de mon quotidien d’architecte!

Louis Kahn? Connais pas ! Camillo Sitte? c’est un designer italien super à la mode non?

Je reprends donc un air mélo-dramatique pour remercier le système de l’époque qui m’a donné la chance de m’engager sur une voie qui n’était à priori pas faite pour moi mais sur laquelle je m’épanouis aujourd’hui pleinement (petite larme).

J’ai même réussi à concilier musique et architecture en découvrant Yannis Xenakis, architecte ET musicien qui a fait l’objet de mon mémoire de fin d’études. Comme quoi, les passerelles interdisciplinaires sont partout.

Quoi qu’il en soit, les prépas pour les écoles d’archi poussent aujourd’hui comme des champignons, à l’instar de cette méthode certainement fabuleuse : 101 secrets pour devenir architecte. Vendue pour la modique somme de 79 € au lieu de 297 € pour les 101 premiers inscrits, (ça fait un sacré rabais Maryse!) ces cours et vidéos ont été crées par le fondateur d’aROOTS, un site et forum d’architecture plutôt sympa, il y a plusieurs années de cela. Il y a quelques semaines encore, circulait sur le net une vidéo à la fois hilarante et désespérante de présentation de ces cours… Je peux vous dire que les archis de la twittosphère s’en sont donné à coeur joie! Ça fait du bien parfois de faire la langue de pute, surtout devant ce type d’escroquerie.

Vous en voulez un bon conseil pour devenir un architecte pas trop mauvais? (Je garantis ni le Pritzker et encore moins L’Équerre d’argent).

Et c’est gratuit en plus. (Je suis la générosité personnifiée).

SOYEZ CURIEUX. DE TOUT.

Et je vous laisse avec le bijou Mady:

Publicités

3 réflexions sur “IMPOSTURE

    • Ha super, belle coïncidence! On pourra s’échanger un peu de lecture…
      Pour ma part, je me suis focalisée sur le Couvent de la Tourette et le travail de façades de Xenakis, en relation avec la composition d’une de ses oeuvres les plus jouées : Metastasis. La stochastique et compagnie…

  1. Salut les filles,
    idem pour ma pomme, et bien avant la réforme, sujet de diplôme : « Essai sur les rapports Musique – Architecture »… tout un programme.
    On va monter un club… ! ^^

    (Je savais bien que j’avais un truc avec ce blog.)
    (Au fait, j’ai arrêté le chant quand j’ai monté l’agence.)

    Et merci pour Mady.

    Belle journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s