PROTECTION RAPROCHÉE

Ce week end, j’ai vécu la pire demi-seconde de ma vie.

En principe, une demi-seconde, c’est court, c’est bref, ça passe en un instant, le temps d’un battement de cil.  Mais la charge émotionnelle de cette demi-seconde l’a rendu interminable.

Vendredi soir, alors qu’il ne me reste que deux marches à franchir pour atteindre le bas de l’escalier, mes pieds décident de se lancer dans un numéro de claquettes, sans m’avertir. La terrible demi-seconde commence là, quand j’entame un vol plané qui va me conduire sur le sol en béton de mon salon.  Et la terrible demi-seconde est terrible parce qu’à ce moment précis, ma fille n’est ni dans son lit ni dans sa chaise haute, mais dans mes bras, endormie. C’est elle qui touche terre en premier. Je perçois le bruit sourd d’un corps qui percute le sol, c’est forcément son crâne. Les pires scénarii défilent dans ma tête à la vitesse de la lumière. La terrible demi-seconde prend fin lorsque ma fille se met à hurler. L’athée que je suis remercie dieu, elle est consciente!

Elle se calme au bout de quelques minutes et esquisse un sourire. Son père et moi commençons à l’ausculter sous toutes les coutures. Pas de blessure apparente mais dans le doute, nous filons aux urgences pédiatriques. Après trois heures d’attente, la pédiatre examine notre môme qui pète la forme. Tout va bien. Je ne comprends pas, j’ai bien entendu sa tête heurter le sol? Et pourtant pas de bosse, pas de bleu!  Je suis soulagée mais intriguée. On repart quand même avec une ordonnance pour du Prorhinel , parce que oui c’est vrai, la petite est en mode grosse morveuse depuis quelques jours.

De retour à la maison, ma sérénité retrouvée fait place à ma douleur physique. Je file à la salle de bains faire un état des lieux : un tibia qui a doublé de volume, une épaule qui refuse de bouger et une hanche meurtrie sur laquelle se dessine un énorme hématome. OK, mystère résolu: le bruit sourd lors de l’atterrissage, c’était ça. Ma hanche, pas le crâne de ma fille. Je comprends alors qu’instinctivement mon corps a optimisé ma chute pour protéger celui de ma fille. Monsieur K me rejoint dans la salle de bains pour constater les dégâts. Il me prend dans ses bras et murmure:

« – Tu vois, c’est ça l’instinct maternel, c’est toi qui a ramassé!

– Aïe ! »

Moi qui suis toujours la première à douter de l’existence d’un (ou des) instincts dits maternels (bah oui, je lisais Elisabeth Badinter pendant ma grossesse!) je crois que je touche quelque chose, là.

Sur ce, je vous laisse. Je file chez l’osthéo, et il a du boulot!

Publicités

6 réflexions sur “PROTECTION RAPROCHÉE

  1. instinct maternel je ne sais pas… j’ai des doutes sur cette notion… mais en tout cas un geste maternel protecteur sauveur! :o)
    prends soin de toi maintenant! ;o)
    tu m’as quand même fichu une sacrée frousse en te lisant!

  2. Monsieur K a toujours la phrase pour te redonner le sourire Meredith 😉
    Pour ce qui est de ta « cascade » : Je vote pour l’instinct parental !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s